Recherchez dans le Dictionnaire


Histoire de l’Interpretation des Rêves – Des Reves, de l’Astrologie, et du Corps

Les rêves, entre dieux et démons

Interpretation des reves et astrologieComme les anciens déifiaient tout, ils avaient naturellement crée un dieu des rêves. Brizo, le dieu des rêves, était adoré à Deloa Virgil (70-19 avant J.-C). Il représente le dieu des rêves et enfourne sa tête dans un orme placé au milieu du chemin, les feuilles de l’orme étant ses rêves. Sans aucun doute, la croyance de certains érudits disant que les rêves durant l’automne sont plus enclins à être fallacieux vient du fait que les feuilles tombent pendant cette saison.

Par ailleurs, les rêves étaient considérés par certains comme des démons. L’Odyssée fait référence à eux comme des démons ayant leur résidence sur le chemin de l’Hadès. Selon Platon et ses disciples, ils étaient des démons ayant un caractère placé entre les dieux et les hommes. Certains étaient considérés comme les ombres des héros défunts qui avaient été transformés en êtres bienveillants ou malfaisants. Les premiers veillaient sur le bien-être de l’individu, les derniers le trompaient avec des rêves fallacieux qui le conduisaient à sa destruction.

Une autre idée était que le bon rêve avertissait l’individu des mauvais augures que le mauvais démon préparait pour lui. Même au Moyen Age, certains rêves étaient considérés comme démoniaques. Ceux qui faisaient des cauchemars étaient considérés comme des companions des mauvais esprits et de nombreux malheureux furent mis à mort a cause de cette supposition.

Les rêves et l’astrologie

Comme l’astrologie est un domaine de croyance établi depuis les temps anciens, il n’est pas surprenant que le soleil, la lune et les étoiles étaient autrefois considérés comme des contributeurs aux rêves. Des rêves dans lesquels les astres figuraient ont été considérés, par Hippocrate par exemple, comme faisant référence à certaines parties du corps. Le soleil était en rapport avec les  parties du milieu du corps, la lune des cavités, les étoiles des parties externes.

Bien que croyants en astrologie ne sont pas aussi nombreux que jadis, il est certain que beaucoup de personnes sont aujourd’hui convaincues que l’on peut prédire le destin, le caractère, le tempérament, la physiologie, la santé grâce a l’étude des astres. Il peut en être également ainsi du destin d’une nation et de la solution des problèmes d’ordre national ou individuel.

Beaucoup de grands esprits ont souscrit à l’astrologie. Même ceux d’entre nous qui ne croient pas aux prophéties planétaires utilisent quotidiennement des mots qui doivent leur origine à l’astrologie comme catastrophe, ascendant, auspices, jovial, talisman, lunatique.

Les rêves et le corps

Artémidore (environ 2ème siècle après J.-C ) , avant lequel au moins un vingtaine d’auteurs avaient donné leurs point de vue sur l’interprétation des rêves , a conseillé aux interprètes de demander à ceux qui  les consultent si oui ou non ils étaient aller dormir après un repas modérée ou excessif.

L’ouvrage « Ondricritica » d’Artemidore était un traité détaillé sur toutes sortes de rêves, de sorte que chaque individu était équipé pour interpréter ses rêves par lui-même. Chez les anciens comme Horace ( 65-8 avant J.-C) et Ovide (43-17 après J.-C.), ainsi que des écrivains postérieurs comme Dante (1265-1321) et Dryden ( 1631-1700 ), le point de vue qui a prévalu était que les rêves après minuit ou tôt le matin étaient susceptibles d’être «vrai», sans doute parce que l’estomac et les intestins, étant supposés vides , n’interféraient ou n’influençaient pas le cours du rêve.

Dans les pratiques de guérison, le rêve était jugé très utile et les anciens médecins avaient l’habitude de demander à leurs patients quels étaient leurs rêves. Le diagnostic et traitement étaient souvent fondés sur l’analyse de ces rêves. Bien que les médecins aient abandonné l’usage des rêves depuis longtemps, l’interprétation des rêves comme un moyen de découvrir la source d’une maladie est revenue, d’une autre manière chez certains physiciens d’aujourd’hui.

Envoyer à un ami